Travailler avec un ou une aîné(e) : Apporter les enseignements traditionnels en politiques publiques



 Télécharger

« Rien pour nous sans nous. »

Perry Bellegarde, Assemblée des Premières Nations


La réconciliation exige de transformer la relation entre le gouvernement fédéral et les peuples autochtones. Les participants au programme Canada au-delà de 150 ont vu que cela commence par le respect des droits des Autochtones, y compris le droit à l’autodétermination, et par l’ouverture du gouvernement aux enseignements autochtones et à leur leadership sur toutes les questions qui touchent les peuples autochtones.

Le programme Canada au-delà de 150 a expérimenté de première main la façon dont les Aînés autochtones peuvent être de puissants partenaires pour emmener le gouvernement vers la réconciliation.

Débloquer la créativité pour la réconciliation

L’Aînée Barb Brant du clan de la tortue de la nation mohawk et l’Aînée en formation Jenny Gomez ont travaillé avec les participants au programme Canada au-delà de 150 pour étudier les questions de politique sous un nouveau jour. Elles ont travaillé principalement avec l’équipe Réconciliation, ainsi que le personnel affecté à ce programme.

En participant à une cérémonie et en travaillant sur les politiques avec une Aînée, nous avons vu les problèmes d’un nouveau point de vue. Aucun rapport, manuel de cours ou note de service ne pourrait jamais remplacer les enseignements oraux dont elles nous ont fait part.

S’appuyant sur l’expérience de plus de 30 années d’enseignement des conseillers spirituels autochtones, l’Aînée Barb a abordé le processus d’élaboration de politiques de façon inhabituelle pour la fonction publique. Elle a commencé par observer et évaluer l’environnement physique et naturel dans lequel les groupes travaillaient, les personnalités des personnes et les relations de chaque personne avec le groupe. Sa tâche suivante était de créer des espaces sécuritaires où les gens pourraient travailler – pour éliminer les obstacles que les gens portent en eux afin de leur permettre d’exprimer librement leur créativité. L’Aînée Barb a trouvé des façons d’intégrer des cérémonies, des réflexions et des connexions personnelles bien ancrées dans le programme Canada au-delà de 150.

« Le cœur doit être ouvert, et une fois qu’il l’est, l’information peut circuler sans blocages », explique-t-elle. « Les gens ont des douleurs et des scénarios dans leurs vies qui ne sont pas résolus. Ces blocages doivent être éliminés pour que l’énergie créatrice se déplace et soit appliquée à une image ou même à une politique artistique. »

Apprendre de l’histoire – ou risquer de la répéter

Le travail de l’Aînée Barb avec Canada au-delà de 150 n’est pas unique. Elle fait partie d’un groupe d’Aînés qui collabore avec divers ministères et organismes du gouvernement du Canada pour fournir des points de vue utiles sur les programmes et les questions de politiques, de même que sur les droits des peuples autochtones. L’Aînée Barb partage ses connaissances et les enseignements de ceux qui l’ont précédée afin que l’introspection autochtone traditionnelle ait une incidence sur les conversations actuelles. Et, ce qui est tout aussi important, elle et ses pairs aident à combler les lacunes entre les générations passées, actuelles et futures de dirigeants.

« L’histoire se répète si nous n’apprenons pas d’elle », explique l’Aînée Barb. « Si les peuples autochtones ne sont pas inclus dans les consultations en matière de politique auprès des non-Autochtones, comment le Canada peut-il espérer avancer? »

Aucune clé USB ni aucun manuel ne pourrait remplacer vos enseignements oraux. Vous nous avez rattrapés quand nous avons trébuché. Vous nous avez soutenus quand nous en avions besoin. Vous avez aidé à guider chacun d’entre nous jusqu’à notre destination. Vous avez été notre guide. Vous êtes intervenu pour aider à renouveler notre énergie ou à éliminer toute mauvaise énergie qui s’accumulait. Vous avez aidé à ouvrir nos esprits aux nouveaux points de vue et idées. Vous avez été notre enseignante.

Extraits d’une lettre personnelle à l’Aînée Barb écrite par l’équipe Réconciliation

Les ministères et organismes du gouvernement du Canada invitent de plus en plus les aînés autochtones pour travailler avec eux. L’Aînée Barb rappelle que le gouvernement a régulièrement consulté les groupes d’aînés jusqu’au milieu ou à la fin des années 1980, mais que cet engagement a été réduit au cours des 30 années suivantes. Reprendre le contact avec les aînés, dit-elle, c’est un changement que nous attendions depuis longtemps.