Language selection

Language selection

Category: De l’équipe design du projet

Un gouvernement ouvert pour une amélioration des résultats


Le gouvernement ouvert est un concept. C’est une vision du gouvernement. C’est une invitation lancée aux intervenants, aux citoyens et à la société civile à aider à façonner les décisions et les actions du gouvernement. Il ne s’agit pas d’un programme ni d’une politique, mais ces deux éléments peuvent contribuer à réaliser la vision d’un gouvernement qui encourage la participation civique, invite à la responsabilisation et fait preuve de transparence. Un gouvernement ouvert, c’est notamment un gouvernement qui divulgue en ligne de façon proactive des renseignements relatifs aux finances et aux ressources humaines et qui publie des données sur les dépenses de façon visuelle ou sous forme de tableaux lisibles par machine. Ces mesures visent à consolider la gestion du secteur public.

Afficher la suite « Un gouvernement ouvert pour une amélioration des résultats &rquo;

Laura a la réputation d’ébranler le statu quo pour obtenir des résultats. Ses connaissances et son intérêt pour les changements apportés aux systèmes, pour la conception des services et la motivation humaine sont des aspects qui doivent guider notre examen des nouvelles façons de collaborer. Après plus de dix ans d’expérience à la fonction publique fédérale pendant, elle en est venue à la conclusion que le fait de transcender les frontières – secteurs, disciplines et organisations – dans son travail donne de meilleurs résultats pour tous. En guidant les personnes et les équipes, Laura fait preuve d’un engagement indéfectible dans le soutien qu’elle apporte aux gens pour les aider en période de changement. Lorsqu’elle ne s’adonne pas à la lecture, à la rédaction, à la réflexion, à la schématisation conceptuelle ou… au sommeil, elle envoie des gazouillis sous le nom @resultsjunkie.

« M’entendez vous maintenant? » Conseils pour améliorer la participation virtuelle


Près du quart des participants au projet Canada au‑delà de 150 vivent et travaillent à l’extérieur de la région de la capitale nationale. Ils sont censés contribuer au projet au même titre que leurs collègues d’Ottawa et de Gatineau, mais cette tâche n’a pas été aisée. Pour bon nombre d’entre eux, ce problème est chose courante.

Voici une liste de choses à faire et à ne pas faire que nous avons apprises dans le cadre de notre travail avec les participants de la région.

Afficher la suite « « M’entendez vous maintenant? » Conseils pour améliorer la participation virtuelle &rquo;

Daphne Guerrero est l’une des agents libres du Canada. Fonctionnaire au sein du gouvernement canadien depuis plus de 15 ans, Daphne apporte innovation et perspicacité à son travail de spécialiste des politiques publiques et des communications. Elle a dirigé et appuyé des initiatives d’innovation dans un laboratoire de conception centré sur l’être humain pour la plus grande organisation de prestation de services du gouvernement fédéral; elle a géré les efforts d’engagement et de sensibilisation pour le Commissaire à la protection de la vie privée du Canada et elle est actuellement en affectation à Horizons de politiques Canada où elle est ravie d’appuyer Canada au-delà de 150. Avant de se joindre à la fonction publique fédérale, Daphne a été attachée de presse auprès de deux ministres du Cabinet fédéral et a travaillé sur des initiatives de littératie numérique et médiatique avec l’organisation sans but lucratif MediaSmarts.

Réflexions d’un homme sans chandail dans une hutte de sudation


J’ai porté des lunettes chaque jour, toute la journée, pendant 19 ans. Je ne fais rien sans elles et je me sens vulnérable lorsque je vois le monde à travers mes yeux faibles et nus. Mais la semaine dernière, à Winnipeg, je n’avais pas besoin de mes lunettes pour voir le fruit de mon travail dans le cadre du projet Canada au-delà de 150.

Mon équipe et moi nous sommes rendus à Winnipeg récemment à l’occasion de la réunion de mi-projet et des entrevues auprès des intervenants. Notre groupe travaille sur la réconciliation. Dans le cadre de notre expérience d’apprentissage, nous avons participé à une cérémonie de la suerie organisée par le Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR). Kevin, du CNVR (situé sur le campus de l’Université du Manitoba) nous a mis à l’aise et nous a renseigné au sujet du centre : sa mission, ses membres et ses installations. C’est là que j’ai eu ma première purification traditionnelle afin de nettoyer mon esprit et de me préparer aux conversations que nous étions sur le point d’avoir. La sauge séchée a été allumée et éteinte, et mes mains ont orienté la fumée vers ma tête, mon visage, mon cœur et mon corps.

Afficher la suite « Réflexions d’un homme sans chandail dans une hutte de sudation &rquo;

Martin, qui se désigne comme un penseur systémique et un futuriste, a une vision optimiste de la race humaine et il est convaincu que son travail en tant que fonctionnaire sera utile. Adressez‑vous à lui si vous voulez discuter de gestion des connaissances, de conception, de jeux vidéo et de menuiserie ou pour connaître une histoire drôle sur mes enfants de trois ans et d’un an.

Blogue en direct de Winnipeg : Qu’est-ce qui tient les gens éveillés la nuit?


Après que nous ayons clarifié nos intentions, la conversation a dévié vers la politique. La politique, selon Stuart Forestell, un des membres de l’équipe design de Canada au-delà de 150, est la réponse à la question « Que devrions-nous faire? »

On a présenté à la salle un scénario sur une personne affrontant des obstacles. L’histoire était conçue pour guider et concentrer la discussion sur les outils de politiques traditionnels et émergents pouvant être utilisés et pris en compte. Nous avons parlé de ce qui peut être fait, de la façon dont nous pouvons communiquer le changement aux gens, aux entreprises et aux juristes, et des répercussions potentielles de ce changement.

Afficher la suite « Blogue en direct de Winnipeg : Qu’est-ce qui tient les gens éveillés la nuit? &rquo;

Horizons de politiques Canada, également connu sous le nom de Horizons, est une organisation au sein de la fonction publique fédérale qui mène des activités de prospectives stratégiques sur des enjeux transectoriels qui informent les fonctionnaires sur les conséquences des politiques publiques possibles au cours des 10 à 15 prochaines années.

Blogue en direct de Winnipeg sur la réunion de travail de mi-projet : Clarifier l’intention


« Lorsque vous apprenez, nous apprenons aussi. »

Voici l’une des premières choses que le groupe de Canada au-delà de 150 a entendu ce matin; une apte description du programme et du périple à ce jour.

Ce matin, la discussion a tourné autour d’un élément pivot : le passage du concept de perspective et d’idées à possibilités multiples, au monde complexe des réflexions, des recommandations et des applications concrètes.

De tout ce que nous avons entendu, appris, enseigné et analysé au cours des derniers mois, quels éléments peuvent s’appliquer au travail des participants quant au service qu’ils rendent aux Canadiens dans leur ministère respectif?

Ce qui nous attend est une vision positive d’un environnement de travail pleinement engagé, soutenu par le savoir et l’expérience acquis par chacun des participants. Le moment est venu de s’impliquer, de discuter, de poser des questions, d’apprendre, d’écouter et d’avoir du plaisir.

Horizons de politiques Canada, également connu sous le nom de Horizons, est une organisation au sein de la fonction publique fédérale qui mène des activités de prospectives stratégiques sur des enjeux transectoriels qui informent les fonctionnaires sur les conséquences des politiques publiques possibles au cours des 10 à 15 prochaines années.

Prochain arrêt : Winnipeg


Nos participants ont mis les voiles vers Winnipeg, Manitoba où ils tiendront une importante réunion de travail durant laquelle les équipes commenceront à explorer les défis en matière de politiques ainsi que les interventions possibles. Les participants en profiteront également pour partager leur analyse en ce qui a trait au thème étudié.

Pourquoi Winnipeg?

Comme l’a dit Doug Collins, pour changer une équipe, il faut changer sa zone de confort! La zone de confort est comme une bulle, un univers qui nous est familier, sécurisant, mais dont les limites s’arrêtent là où se trouve l’inconnu. C’est important de pousser les limites pour grandir. La décision de tenir la réunion de mi-projet à Winnipeg était délibérée – Tout d’abord, nous voulions que nos participants se rencontrent à l’extérieur de la région de la capitale nationale (RCN), puissent sortir de leur bulle (leur zone de confort) et deviennent à l’aise avec l’inconnu pour favoriser leur développement professionnel.

Afficher la suite « Prochain arrêt : Winnipeg &rquo;

Horizons de politiques Canada, également connu sous le nom de Horizons, est une organisation au sein de la fonction publique fédérale qui mène des activités de prospectives stratégiques sur des enjeux transectoriels qui informent les fonctionnaires sur les conséquences des politiques publiques possibles au cours des 10 à 15 prochaines années.

La politique est une réponse…


… à la question « que devrions-nous faire? ».

Nous avons des réponses à ce que nous devons faire. Il s’agit des lois et des règlements.

Et nous avons des réponses sur la façon dont nous devons faire les choses. Nous observons, écoutons et consultons. Nous communiquons et nous concevons.

La recherche nous donne des faits sur ce que nous pourrions faire, et les différentes approches pour le faire. L’analyse nous dit si ces approches sont bonnes ou pas. Elles peuvent être qualitatives, quantitatives, expérimentales, pour n’en nommer que quelques-unes. Mais c’est ce qu’elles font.

Afficher la suite « La politique est une réponse… &rquo;

Stuart Forestell travaille au Secrétariat des priorités et de la planification au Bureau du Conseil privé, où il fournit des conseils sur des enjeux touchant la justice, le transport, l’infrastructure, le commerce, de même que la défense et la sécurité. Il a auparavant travaillé sur les politiques de cybersécurité et sur la politique de la santé. Il a étudié les arts et les sciences humaines, principalement la philosophie des Grecs anciens, l’Allemagne moderne et la France post-moderne.

De quoi est-il question au juste? – Un mot à l’intention des participants à l’initiative Canada au-delà de 150, d’un membre de l’équipe de conception du projet


Au moment où s’amorcent les travaux sur l’initiative Canada au-delà de 150, il est normal de vouloir que vos efforts visent un produit final. En tant que participants à une initiative d’élaboration de politiques, vous pourriez raisonnablement vous poser les questions suivantes : S’agit-il de créer une nouvelle politique ou un nouveau programme? S’agit-il d’élaborer un nouvel outil pour aider le gouvernement du Canada à améliorer la prestation de services? Ou s’agit-il de quelque chose de tout autre auquel je n’ai pas encore réfléchi?

En tant que membre de l’équipe de planification de Canada au-delà de 150, je sais pertinemment que le projet vise à obtenir des résultats tout à fait réels et tangibles. Chacun de vous contribuera à mettre au point des prototypes de politiques que vous pourrez valider et peaufiner en collaboration avec des intervenants et des partenaires de la fonction publique et d’autres milieux. Au cours de ce processus, vous enrichirez vos connaissances sur les politiques, vous vous constituerez un guide nouveau et innovant de méthodes et d’approches et vous tisserez des liens durables avec ces intervenants et partenaires.

J’ajouterai que ce processus pourrait aussi donner un bon nombre de résultats intangibles. Ces résultats, bien que nous ne puissions pas les prévoir à proprement parler, contribueront tout de même à un changement de culture, à un accroissement de la capacité de la communauté des politiques et à un meilleur rendement au profit des Canadiens.

Afficher la suite « De quoi est-il question au juste? – Un mot à l’intention des participants à l’initiative Canada au-delà de 150, d’un membre de l’équipe de conception du projet &rquo;

Stuart Forestell travaille au Secrétariat des priorités et de la planification au Bureau du Conseil privé, où il fournit des conseils sur des enjeux touchant la justice, le transport, l’infrastructure, le commerce, de même que la défense et la sécurité. Il a auparavant travaillé sur les politiques de cybersécurité et sur la politique de la santé. Il a étudié les arts et les sciences humaines, principalement la philosophie des Grecs anciens, l’Allemagne moderne et la France post-moderne.

Canada au-delà de 150 - Blog